Feeds:
Articles
Commentaires

A noter sur vos agendas

RappelLa prochaine rencontre réunissant les professionnels de l’animation se déroulera à Arcis sur Aube le 7 novembre prochain.

Vous recevrez sous peu l’invitation et son ordre du jour.

Publicités

je suis Cilvia , je viens de Saragosse , Espagne. j’ai 26 ans presque 27 ans et bon j’aime bien jouer qu Roller Derby , le cinéma et la musique .

Après divers expériences comme étudiante et volontaire dans le champs éducatif , formelles et non formelles , je cherchais une autre expérience qui metterait en relations mes compétences éducatives , bénévolats et la langue française . les motifs qui m’amènent à vouloir partir comme volontaire européennes sont multiples : tout d’abord , j’ai un grand intéret pour le coeducation des enfants et des jeunes , de plus, j’aimerai bien rencontrer  des gens de différentes cultures et j’aime particulièrement la France et en fin , la mauvaise situation professionelle pour les jeunes en Espagne.22429146_1859116510770720_776109367_o.jpg

 

Bonjour,je suis maria , j’ai 22 ans , et je viens de Madrid, la capitale de l’Espagne .

c’était un parcours difficile mais nous sommes arrivées enfin à Troyes ! je viens de finir mes études à l’université de MADRID alors j’ai décidé de vivre l’expérience de volontaréat cette année. je suis très passionnée par le voyage et les découvertes donc vivre une expérience à l’étranger me semble parfait déjà !

A Troyes, nous avons eu la chance de vivre ensemble comme une famille avec des personnes de différentes nationnalités et ça sera peut etre l’occasion pour connaitre la culture Française !

En outre, je suis très intéressée par les projets socio-culturels et j’aimerai bien approfondir mes connaissances avec «  La maison pour tous un Nouveau Monde  » à Arcis : mon organisation d’accueil qu’elle va m’aider à participer à des activités avec  les jeunes ( collège et lycée ) et que je suis très motivée à vivre cette merveilleuse expérience UNIQUE.

thumbnail_74maUUv

Groupe SVE oct 2017-3Eh oui, fraîchement arrivées , entre le 30 septembre et le 2 octobre, nos 5 volontaires SVE (Service Volontaire Européen) ont rejoint depuis hier leurs associations d’accueil, la première semaine étant dédiée à leur accueil sur place (installation dans les appartements, administration, abonnements train et autre…..).

Cette année, que des filles : Maria & Clivia, originaires d’Espagne, seront accueillies respectivement dans les MPT d’Arcis sur Aube et Vendeuvre sur Barse ; Theresa, allemande, fera partie de l’équipe de la MPT de Brienne le Château ; Irène, native  d’Italie effectuera son service au sein de la MPTCS de Bar sur Aube ; et enfin, Zaineb, de Tunisie (qui nous a fait déguster d’excellents petits gâteaux tunisiens), aidera l’équipe de la FDMJC dans ses différentes tâches.

Outre ses autres missions, Zaineb poursuivra le travail de Maria en animant le blog « SVE ». Déjà 5 articles postés, cela promet…… Voici le lien

Au niveau régional, 3 jeunes en Service Volontaire Européen sont accueillis sur la même période.

A noter également que la FDMJC accueille, depuis le 18 septembre, Bénédicte, en contrat d’apprentissage afin d’acquérir le diplôme de licence professionnelle MOISE TSES (Management des Organisations Innovations Solidaires et Entrepreneuriales Parcours Tiers Secteur, Economie Solidaire).

 

 

avis de recherche3La MPT Centre Social de la région de Brienne est à la recherche d’une personne dans le cadre du service civique, sur l’accompagnement d’ activités  éducatives dans le domaine du numérique .

Voici le descriptif de la mission.

Les candidatures sont à adresser à Pascal VUILLEMIN, Directeur Maison de la Famille
MPT-Centre Social de la Région de Brienne Le Château : 03.25.92.91.91 ; direction.cs.brienne@orange.fr

Bonjour à tous,Ecol l'aube
L’an dernier, nous vous offrions un beau festival : un film de Marie-Monique Robin, de nombreuses conférences, cinq concerts, de la nourriture bio, de nombreux ateliers et tout pleins de belles choses que vous pourrez retrouvez sur note site internet… En attendant le prochain festival – qui aura lieu en 2018 -, le 7 octobre, à la Rivière-de-Corps, nous vous invitons faire un beau voyage !

2017-ecolaube-octobre

Nous disions donc :
Le 7 octobre à 18h30 à la salle socio-culturelle de La Rivière-de-Corps, venez voyager avec Ecol’Aube Festival !
Sous forme d’une conférence gesticulée (mélange entre le théâtre et la conférence ; spectacle amusant, ludique et enrichissant), Sébastien Méyer, éducateur populaire, chercheur, acteur, partagera le fruit de ses rencontres réalisées pendant quatre années de voyage en Amérique.
Il nous ramène une foule d’expériences qui transforment la société, dans le respect de la Terre-Mère et de tous ses enfants. De l’accès à la terre au Brésil à l’autonomie zapatiste au Mexique, en passant par la gestion communautaire de l’eau potable en Équateur, Sébastien nous emmène, en auto-stop, vers ce continent dont une des principales forces est sans aucun doute… le collectif !
La soirée se prolongera avec un concert de Charlie, un groupe de pop rock dijonnais !
Et comme d’habitude, c’est à prix libre, tout cela se déroule dans la bonne humeur, avec la délicieuse odeur du houblon (bio). On raconte même qu’au menu, il y aura du chili con carne (et du chili sin carne). Bref, ne faites pas les idiots, venez !

Morgane et Marie-Gabrielle  effectuent leur Service Volontaire à l’Alliance Française de Varna, en Bulgarie … Retour sur  leur expérience Erasmus+.

Pourquoi avez-vous voulu effectuer un Service Volontaire Européen, et  que faites-vous  dans ce cadre ?

Marie-Gabrielle (M-G) : Moi c’est Marie-Gabrielle, bientôt 26 ans, en Bulgarie depuis novembre 2016, suite à un Service Civique en France. Je suis arrivée ici d’abord dans le cadre d’un stage de trois mois, suivi d’un SVE de 10 mois au sein de la même structure, l’Alliance Française de Varna, j’y travaille en binôme avec Morgane.

Notre rôle y est de soutenir le travail de l’équipe déjà en place en aidant à la préparation des évènements culturels de l’Alliance et aux diverses tâches administratives liées au fonctionnement de l’association.

Les tâches qui me sont plus spécifiquement attribuées sont davantage orientées vers tout ce qui touche à la promotion de la langue française à proprement parler (la présentation de l’offre de cours, la préparation des sessions d’examens de français, l’organisation et le tri de la bibliothèque …)

2017-SVE-Varna-1

En train de nous occuper du petit jardin aménagé devant l’Alliance Française

Si je suis venue ici, c’est tout d’abord car je voulais une expérience de travail longue durée à l’étranger, et bien qu’en tant que volontaire européenne je n’ai pas un statut de salarié au sein de l’Alliance, le volume horaire auquel Morgane et moi sommes soumises – de 10h à 18h dans un bureau en open-space – sont plus proche de ce qu’on pourrait appeler un « travail standard» que d’un simple volontariat.

Morgane : Je m’appelle Morgane, j’ai 29 ans. Je viens de Lille. J’ai fait des études de photographie, d’histoire de l’art, d’archéologie et de gestion de collections dans les musées. Je suis partie en SVE car j’étais au chômage et j’avais envie d’une nouvelle expérience à l’étranger.

Je suis volontaire à l’Alliance Française de Varna, en Bulgarie. En plus de ma participation aux activités quotidiennes déjà évoquées par Marie-Gabrielle, je m’occupe essentiellement de la communication visuelle et écrite (flyer, affiches, écriture de textes en français), des publications sur Facebook et des photographies.

2017-SVE-Varna-3Nous vivons chacune en colocation avec d’autres volontaires d’autres pays, il y a d’ailleurs beaucoup de volontaires en SVE à Varna. Cela permet de rencontrer du monde et de partager nos expériences.

Nous avons des cours de bulgare, pour moins se sentir perdu dans la vie de tous les jours. L’alphabet cyrillique n’est pas la chose la plus facile à appréhender au premier abord.

Qu’avez-vous appris durant votre SVE ?

M-G : Sur le plan personnel, que si l’on veut profiter de ce genre d’expérience, il faut être conscient qu’il va falloir faire preuve de beaucoup d’adaptabilité. Ici les choses changent assez vite, les magasins et restaurants ouvrent et ferment en  l’espace de quelques mois, les gens arrivent repartent en permanence, en l’espace d’une année j’ai vécu avec 5 colocataires différents… Il est parfois difficile de gérer ce changement constant, le sentiment que rien n’est jamais stable et toujours temporaire est parfois difficile à gérer.

Sur le plan professionnel, s’intégrer dans un environnement travail ou l’équipe est

2017-SVE-Varna-5

Présentation par M-G la ville de Varna a une troupe de scouts français effectuant leur camp d’été en Bulgarie

composée pour moitié de bulgares et moitié de français est une expérience formatrice, faite de hauts et de bas. En terme de compétences à proprement parler, j’ai pu travailler sur ma manière de m’exprimer à l’oral devant un public, du fait des diverses présentations (devant des touristes, des classes de lycée…) que nous avons eu à effectuer. J’ai tendance à parler très vite, ça a donc été pour moi un réel exercice d’apprendre à ralentir et à poser ma voix.

Morgane : Sur le plan personnel, j’ai découvert un pays qui m’était inconnu et une nouvelle culture à l’autre bout de l’Europe. J’ai fait de nombreuses rencontres intéressantes et des amitiés que j’espère garder.

Sur le plan professionnel, j’ai découvert un nouvel environnement de travail. Nous n’avons pas les mêmes manières de faire en Bulgarie qu’en France. J’ai aussi pu voir de l’intérieur le fonctionnement d’une Alliance Française et d’un Institut Français.

Une anecdote à nous raconter ?

M-G : Varna est une ville balnéaire, située sur la côte de la mer noire, il y a donc aux alentours de nombreuses plages dont on peut profiter quand celles du centre-ville deviennent trop bondées.

Cet été j’étais donc sur l’une de ces plages, manque de chance ce jour-là la météo était à la pluie, et l’endroit s’est rapidement trouvé déserté.

J’étais donc complètement seule, dans ce décor grandiose (la mer à perte de vue, bordée de falaises rocheuses enveloppées d’une fine brume), quand je remarque au loin, marchant lentement au bord de la mer un homme, complètement nu, à l’exception de ses baskets, transportant sur son dos ce qui semblait être une large porte en bois. Arrivé à mon niveau, il l’a déposée sur le sable, est rentré dans l’eau quelques minutes puis a repris sa porte et son chemin comme si de rien n’était. Ce genre de situation, j’ai le sentiment qu’il n’y a bien qu’en Bulgarie que ça peut arriver…

 

Morgane : Emmanuel Macron était en visite de travail à Varna à la fin du mois d’août. Sa femme et lui avaient des programmes différents, quasi aucune chance de croiser le président se promenant dans les rues de la ville. En revanche en me promenant dans le jardin maritime je suis tombée sur les voitures du protocole et j’ai donc croisé Brigitte Macron dans l’un des restaurants du bord de mer.

2017-SVE-Varna-4

Durant la réception donnée à l’occasion du 14 juillet à l’Académie Vanale de Varna

Ton SVE en 3 mots :

M-G : Français, rencontres et siréné (fromage typiquement bulgare, comparable à la feta, qu’on trouve ici dans tous les plats ou presque)

Morgane : Découvertes culturelles, voyage et plages 😉

Un message pour les jeunes et les structures…

M-G : Pour les jeunes qui envisagent le SVE, je dirais que peu importe la destination et le projet choisi, il faut s’attendre à tout, le pire, le meilleur ou le banal.

Chaque SVE  se révèle une expérience au final assez personnelle et au sein d’une même association ou d’un même projet, deux volontaires pourront avoir un vécu totalement différent de leur expérience.

Et aussi, j’avais lu avant mon départ que l’on conseillait de choisir le projet plutôt que la destination : je ne suis pas du même avis.

En effet, s’il se trouve qu’arrivé une fois sur place que votre projet est complètement bancal/ différent de ce que vous vous étiez représenté (et les déconvenues sont fréquentes), vous serez au moins dans un environnement qui correspond à vos attentes. Sans se focaliser sur un pays en particulier, postuler pour un projet (même formidable) dans un village au fin fond de l’Europe de l’Est si on a la campagne en horreur ne me parait pas être une bonne idée si l’on veut mettre toutes les chances de son côté pour réussir son SVE.

Quant aux structures d’accueil de volontaires, je ne les connais pas toutes, mais de ma propre expérience et de celles d’autres volontaires ici en Bulgarie, on a parfois l’impression que certaines s’engagent à recevoir des volontaires sans vraiment se rendre compte de ce que cela implique (gérer l’arrivée de plusieurs étrangers à des moments différents, faciliter leur adaptation, répondre ensuite à leur demande de manière suivie). Je conseillerais donc à certaines de ne pas considérer le SVE comme un simple moyen de recevoir des fonds européens et de la main d’œuvre gratuite.

2017-SVE-Varna-2

Soirée karaoké organisée par l’Alliance Française  en l’honneur du mois de la Francophonie

Morgane : Pour les potentiels SVE : Le SVE est une belle opportunité pour sortir de sa zone de confort, de découvrir un pays et sa culture de façon plus approfondie qu’en tant que touriste.

Cela permet de découvrir une nouvelle façon de travailler et d’acquérir de nouvelles compétences. Et même d’apprendre un nouvel alphabet 😉

Pour les structures : Ne pas oublier que nous sommes des volontaires et pas des salariés. Que l’on vient d’un autre pays et qu’il nous faut un temps d’adaptation car le choc culturel peut être plus ou moins fort selon les personnes. Un peu de compassion et de compréhension des deux côtés.